Magny le bon sens

Chemin Abbé (Jules) LEMIRE

A Magny les Hameaux, le chemin d’accès aux jardins familiaux (nouvelle appellation des jardins ouvriers), que j’avais proposé, il y a 2 ans, d’appeler Chemin de l’Abbé LEMIRE (comme cela se fait dans toutes les villes ayant des jardins ouvriers car l’Abbé LEMIRE est le créateur des jardins ouvriers en 1896),vient d’être nommé en conseil municipal fin janvier 2020 en Chemin Jules LEMIRE (il fallait obligatoirement donner un nom pour faciliter l’accès aux pompiers).

Non, vous ne rêvez pas. Certains élus anticléricaux n’allaient quand même pas donner le nom d’une rue à un Abbé, même si ce n’est qu’un chemin !! Au lieu d’une rue Abbé Pierre, ces anticléricaux l’appellerait rue Henri Grouès.

Je vous laisse chercher les œuvres sociales de l’abbé LEMIRE sur internet (il a été élu député pendant 35 ans, avec des scores à faire pâlir tout politicien, sans discontinuer, seule la mort l’a stoppé en 1928, à quelques mois d’un nouveau scrutin). Son œuvre parlementaire, d’une très grande richesse, est essentiellement sociale et familiale. Il est l’initiateur de réformes telles que le repos hebdomadaire dominical, la réglementation du travail de nuit des femmes et des enfants, les allocations familiales, ou encore la création d’un ministère du travail.

Élu également maire d’Hazebrouck (Nord) en 1914, il doit faire face à la guerre et à l’évacuation de la ville, avant de s’atteler à la reconstruction d’une cité détruite par les bombardements, bâtir un hôpital, une maternité, installer gaz et électricité et créer une société d’HLM… (il est aussi à l’initiative des HLM). Mais cette intense activité politique n’est pas du goût de tous. On l’accuse de prendre parti contre l’Église, tandis que l’évêque de Lille interdit aux prêtres de donner l’absolution aux lecteurs du Cri des Flandres, le journal créé pour soutenir son action. En octobre 1913, l’évêque de Lille l’oblige même à lui demander l’autorisation de se présenter à toute élection… L’abbé Lemire refuse et est suspens a divinis. Cette sanction, qui lui interdit de célébrer les sacrements, sera finalement retirée deux ans plus tard, à la demande du Pape Benoît XV.  https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Jardin/L-Abbe-Lemire-l-inventeur-des-jardins-ouvriers

En 1996, pour célébrer le 100e anniversaire des jardins ouvriers, une rose Abbé-Lemire, qu’on peut admirer dans les jardins de l’Élysée et au jardin botanique de Monaco, est créée.
Etonnant, cette rose s’appelle rose Abbé Lemire (et non rose Jules Lemire). Normal, car il a toujours été connu comme Abbé Lemire.

Coïncidence, en 1996, 100 ans après lui, j’ai lancé les jardins familiaux à Magny, moi qui suis né à la maternité d’Hazebrouck.

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter